Groupes de lecture

 
 
 
     

 

 

Voix au chapitre : compte rendu de la séance Littérature chinoise contemporaine

14 septembre 2018

par Brigitte Duzan, 21 septembre 2018

 

Le groupe de lecture Voix au chapitre avait mis la littérature chinoise contemporaine au programme de ses lectures de l’été 2018. Des suggestions de titres avaient été proposées au préalable, la sélection incluant également des classiques – à la demande de certains membres.

 

La curiosité de ces lecteurs chevronnés, souvent insatiable, ayant fait son œuvre, leurs lectures ont joyeusement dépassé ces propositions : la séance de rentrée,

 

Logo du groupe

le 14 septembre, a rassemblé une quinzaine de membres, les autres ayant envoyé leurs commentaires par mèls – ils avaient lu 50 livres, de 25 auteurs différents, certains des livres ayant été lus par plusieurs personnes ! 

 

Les réactions générales ont montré le plaisir de la découverte d’une littérature en grande partie inconnue, d’un pays ressenti comme culturellement lointain.

« Ah, dit l’une des lectrices présentes, j’étais contente de ne pas avoir à lire des histoires d’un berger et son buffle, mourant de faim dans une campagne misérable… 

- Moi, enchaîne une autre, je me souvenais de l’époque où, dans les médias, on nous disait que la Chine, c’était super, que Mao était génial ; quand on lit ces bouquins, aujourd’hui, on se dit que c’était pas vraiment ça…

- Moi, je n’aime pas la Chine, assène une troisième, ou du moins l’image qu’on en a, mais ce que j’ai lu, j’ai aimé…… »

 

Beaucoup ont fait le choix de textes plutôt courts, de manière à avoir une vision plus diversifiée des auteurs au programme. Ce qui n’a pas empêché certains de se lancer dans de superbes pavés dont ils sont ressortis enchantés, comme, par exemple, les Fours anciens de Jia Pingwa (贾平凹).

 

Les coups de cœur sont très divers : du Songeant à mon père de Yan Lianke (阎连科), à la Vue splendide de Fang Fang (方方) et à la trilogie des femmes de Zhang Yihe (章诒和), en passant par l’Opéra de la lune et le Don Quichotte de Bi Feiyu (毕飞宇), ou quelques autres encore.

 

Cao Kou (曹寇), lui aussi, est ressorti gagnant de l’exercice : son Creuse encore, au bout c’est l’Amérique a été lu et apprécié à sa juste valeur, confirmant que c’est bien dommage que ce livre soit sorti sans aucune promotion.

 

Compte rendu de séance sur le site de Voix au chapitre, mettant en relief les réactions et opinions très diverses :

http://www.voixauchapitre.com/archives/2018/chine_litterature.htm

 

 

 

     

 

 

 

 

 

     

 

 

 

© chinese-shortstories.com. Tous droits réservés.