Actualités

 
 
 
     

 

 

Histoires de fantômes extrême-orientaux aux Presses de l’Inalco

par Brigitte Duzan, 8 octobre 2017

 

En ce début de mois d’octobre paraît aux Presses de l’Inalco un ouvrage édité sous la direction de Vincent Durand-Dastès et Marie Laureillard : « Fantômes dans l’Extrême-Orient d’hier et d’aujourd’hui ».

 

L’ouvrage est en deux tomes, le premier consacré à « hier », le second à « aujourd’hui » car, malgré ce que l’on pourrait penser, les démons, revenants, fantômes et autres esprits traduisant le terme de gui continuent de hanter les Chinois tout comme leurs voisins.

 

Regroupant les communications de plus de trente contributeurs, il est né d’un colloque international organisé à l’Inalco qui a duré trois jours, en février 2013, tellement les propositions de communication ont été nombreuses. Il aura fallu la création des Presses de l’Inalco, par Huguette Rigot, pour qu’il puisse voir le jour.

 

Le premier volume, sous la direction de Vincent Durand-Dastès [1], dresse un portrait cherchant à cerner ces êtres singuliers, qui sont tout en n’étant pas, et auxquels les plus rationnels et confucéens des Chinois, de l’antiquité comme de nos jours, refusent de croire, tout en se laissant une marge de doute, d’incertitude, voire de possible adhésion, sait-on jamais ; l’exemple-type en est le très confucéen Han Yu (韓愈), de la période Tang,dont est traduit le « De l’origine des fantômes » (Yuan gui《原) où il reconnaît in fine l’existence de phénomènes étranges, inexplicables.

 

Ce premier volume commence par un avant-propos définissant le gui et ses modalités, pour se diviser ensuite en deux parties, l’une visant à mieux cerner les contours de ce « que sont les gui » à travers des auteurs et des textes, et la seconde s’attachant à retracer une histoire artistique et littéraire du gui, en Chine, au Japon et en Corée, de la période prémoderne jusqu’à la période contemporaine.

 

 

Table des matières I

 

Avant-propos

 

Fantômes dans l’Extrême-Orient d’hier et d’aujourd’hui (l’illustration de la couverture est une peinture tirée d’un album de Puru (溥儒), ou Pu Xinyu (溥心畬), un cousin de Puyi, le dernier empereur)

 

Zhou Chen 周臣, détail de Beggars and streetcharacters (entre revenants

et mendicants, illustration de

l’article d’Alice Bianchi, p.247)

1. Débats et définitions.

De l’origine des fantômes, de Han Yu

Une théologie chinoise de l’au-delà

The 36 Categories or “Hungry Ghosts” 

Les fantômes japonais aux prises de l’esprit critique

Le catholicisme vis-à-vis des esprits-gui à Taiwan

 

2. Visions et contours

Symbols of Life and Death in Medieval China

Le phénomène de la voyance des esprits (jiangui 见鬼) dans le Haut Moyen Age chinois

Rêves des morts : cas tirés des annales de la famille Yu

The Ghosts of Things

Ghostlike Beggars in Chinese Paintings

Renards et fantômes

 

3. Une esthétique de la fantasmagorie.

Les fantômes dans la littérature et le théâtre classiques

Le Geumo Sinhma de Kim Si-seup

(Nouveaux contes du mont de la Tortue d’or)

Ghosts and shaman in Li He’s “Songs on Magic Strings”

Poèmes de femmes, poèmes de revenants sous les Qing

La visite fatale du fantôme dans le théâtre chanté chinois

(autour de la pièce Huozhuo Sanlang)

The Resurrection of Female Ghosts from Classical Chinese Opera and the Hollywood tradition in Cantonese cinema

 

 

 

Vincent Gossaert

Costantino Moretti

François Macé

Michel Chambon

 

 

Annika Pissin

 

Pan Junliang

Rania Huntington

Judith T. Zeitlin

Alice Bianchi

Solange Cruveillé

 

 

 

Min Sook Wang-Le et Frédéric Wang

Frank Kraushaar

Sandrine Marchand

 

Vincent Durand-Dastès

 

Kenny K. K. Ng

                                               

Le deuxième volume, sous la direction de Marie Laureillard [2], commence avec le retour des gui au début du 20è siècle, les auteurs étant, comme Han Yu, incrédules, mais hantés malgré tout. C’est le cas, d’abord, de Zhou Zuoren (周作人), le frère de Lu Xun (魯迅). Le volume étudie et illustre la question en littérature, mais aussi au cinéma et dans les arts.

 

Table des matières II

  

Avant-propos

1. Auteurs hantés de la littérature moderne

Zhou Zuoren et les fantômes 

Fantômes de l’âme et spectre du corps dans « L’oie sauvage solitaire » de Wang Yiren (1926)

Histoires de rêves et de fantômes chez Yan Zonglin (1905-78)

A Study of Xu Xu’s « Ghost Love »

 

2. Impression d’outre-tombe et ombres électriques

Comment peindre un fantôme à l’époque de Feng Zikai ?

Peindre les fantômes

Des fantômes chinois au 20è et 21è siècles

Wu Guoquan ou Heigui … : le peintre et ses fantômes

De quoi les fantômes sont-ils le signe dans le cinéma de

Teshigahara Hiroshi ?

Tsai Ming-Liang : From Cinema of Ghosts to Ghost of Cinema

Les fantômes dans la littérature et le cinéma thaïlandais

Haunted Sites : Where to Visit Ghosts….

 

3. Fantômes romanesques d’aujourd’hui

Figures du fantôme dans la littérature sur internet : L’impératrice Phénix de Tianxia Guiyuan

La littérature féminine au Japon ou comment apprivoiser les fantômes

Le fantomatique et le réalisme : les fantômes dans le Bailuyuan

(Au pays du cerf blanc de Chen Zhongshi)

The Presence of Fantastic Elements in Su Tong’s Short Stories

L’éveil des esprits chez le romancier hongkongais Leung Ping-kwan

Les démons de l’Utopie dans l’œuvre de Mo Yan

 

 

Georges Bê Duc

 

Victor Vuilleumier

Colette Girard

Chen Qin

 

 

Marie Laureillard

Feng Zikai

Christophe Comentale

Emmanuel Lincot

 

Jacline Moriceau

Corrado Neri

Theeraphong Inthano

Mary Picone

 

 

 

Xu Shuang

Cécile Sakai

 

Shao Baoqing

Rosa Lombardi

Annie Bergeret-Curien

Zhang Yinde

 

Cette double table des matières suffirait à elle seule à témoigner de la richesse et la diversité des contributions de cet ouvrage qui restera une référence sur le thème traité.

 

A elle seule – ou presque – car il faudrait encore souligner que – outre des illustrations - les deux volumes fourmillent de textes en version bilingue, chinois mais aussi japonais, qui font de l’ouvrage une véritable anthologie, aussi.


 

[1] Professeur de langue et littérature chinoises classiques à l’Inalco. Fin connaisseur du théâtre traditionnel chinois, son intérêt pour le répertoire dramatique l’a conduit à l’étude de la littérature narrative prémoderne, ses recherches portant plus particulièrement sur les rapports entre littérature et surnaturel.

[2] Diplômée de l’Inalco et docteur en histoire de l’art de l’université Paris 4. Maître de conférences de langue et civilisation chinoises à l’université Lumière Lyon 2, membre de l’Institut d’Asie orientale et traductrice littéraire. Ses recherches portent sur l’esthétique, la sémiotique de l’écriture et de l’image, et sur l’histoire culturelle du monde chinois moderne.

 

 

     

   

 

 

 

 

     

 

 

 

© chinese-shortstories.com. Tous droits réservés.