Auteurs de a à z

 
 
 
        

 

 

Zhang Jiajia 张嘉佳

Présentation

par Brigitte Duzan, 5 juillet 2015

    

Zhang Jiajia est aujourd’hui, en Chine, l’écrivain touchant le plus de droits d’auteur : après la publication, en novembre 2013, de son bestseller « I Belonged to You » (《从你的全世界路过》), et l’acquisition des droits d’adaptation cinématographique de cinq des récits que comporte ce recueil, Zhang Jiajia est arrivé en tête de la liste des écrivains les plus riches de Chine.

    

Les droits de l’un de ces récits, « The Ferryman » (摆渡人), ont été acquis par le groupe Alibaba Pictures ; le film sera réalisé par Zhang Jiajia lui-même, et produit par Wong Kar-wai (王家卫) [1]. Zhang Jiajia a détrôné Guo Jingming (郭敬明) et Han Han () en s’adressant au même public.

     

La littérature par weibo

 

Zhang Jiajia

    

Han Han est devenu célèbre grâce à son blog, Zhang Jiajia grâce aux récits postés sur weibo – il est surnommé "le meilleur conteur de weibo" (微博上最会讲故事的人) : forcément, le style est différent, mais la démarche aussi ; il n’est plus question de satire, sociale et encore moins politique, c’est devenu impossible [2], mais de récits faciles à lire, orientés vers les lecteurs jeunes, ceux qui achètent le plus de livres, aujourd’hui en Chine, avec les enfants (ou les parents pour leurs enfants)…

    

Premiers tâtonnements

     

Zhang Jiajia est né en juin 1980 à Nantong, dans le Jiangsu (江苏南通).

   

Après des études de gestion de l’information à l’université de Nankin, il est un temps acteur de théâtre parlé huaju, puis il écrit des scénarios pour la télévision et des articles pour une revue. C’est une période instable, avec de fréquents déménagements d’une ville à l’autre, de Nankin à Canton, Shanghai et Pékin.

 

Il publie quelques histoires sur internet : « Xiao Qing » (《小倩》), « La cinquième saison » (《第五季了》), « Huit articles déprimés » (《黯然八章》), « L’âme de la petite sœur » (《姐姐的灵魂》) - une petite sœur de seize ans qui apprend à jouer du pipa mais n’a pas beaucoup de talent pour la musique….   

 

Quasiment devenus héros

   

Premiers romans

   

En novembre 2005, il publie un roman,aussi sur internet : « Quasiment devenus héros » (《几乎成了英雄》). En fait, ce sont trois histoiresétranges, écrites à la façon de chuanqi, arrivées à un même personnage un peu fou, qui fait le lien entre elles : « L’épée sur la montagne du dragon roi » (山上的剑),  « L’argent du combat » (搏击大会的钱), « Les compétitions de foot du passé sont de l’histoire ancienne » (足球联赛往事如烟).

   

Avec son roman « Les furieuses disputes quotidiennes d’un petit couple » (《小夫妻天天恶战》), il inaugure un nouveau style, caractérisé par un rythme rapide et un humour noir qui fait rage sur internet.

   

Début 2010, il publie « Le livre des amants » (《情人书》), qui

 

Les furieuses disputes quotidiennes

d’un petit couple

est à nouveau un recueil de récits, neuf au total, dont l’un fait l’objet d’un projet d’adaptation cinématographique.

    

Premier scénario de cinéma

     

Le livre des amants

 

C’est alors qu’il commence à écrire des scénarios de cinéma.

    

Son scénario pour le film « The Butcher, the Chef and the Swordsman » (《刀见笑》 ou 《刀剑笑》), réalisé par Wu Ershan (乌尔善) et sorti en mars 2011, a été sélectionné pour le prix de la meilleure adaptation cinématographique au 48ème festival du Golden Horse à Taiwan ; c’est un wuxia original, traité sur le mode comique.

    

Bedtime Stories

    

C’est alors, à partir de 2012, qu’il commence à écrire les histoires qui vont le rendre célèbre, et riche. Il les écrit peu à peu, à ses heures de loisir, tout au long de l’année, et les poste, une fois terminées, sur weibo.

    

Trente-huit histoires pour trente-huit nuits

    

C’est écrit comme on raconte des histoires à un ami, la nuit, avant de s’endormir : des « bedtime stories » (睡前故事). Elles ont des styles et des atmosphères très différentes, empreintes de chaleur ou de tristesse, complètement folles ou totalement absurdes. Il y en a pour toutes les occasions et toutes les situations, pour aider à s’endormir ou réconforter dans un moment difficile,  à lire en attendant un train, ou paresseusement étendu dans son lit, après le dîner…

    

Elles ont un caractère autobiographique : Zhang Jiajia a dit que la moitié lui étaient arrivées, et les autres sont arrivées à des amis. Elles ont eu tellement de succès sur internet que cela a attiré l’attention d’un

 

Bedtime Stories

éditeur qui les a publiées. Le livre est sorti en juillet 2013. C’est un recueil de trente-huit de ces histoires, comme de courtes nouvelles, regroupées en sept parties intitulées « nuits », avec chacune un thème [3].

     

Publicité pour le livre

 

Le livre porte le titre de la première histoire de la première « nuit », intitulée « Premier amour » (初恋) ; en chinois, il signifie « En traversant tout ton univers » (《从你的全世界路过》), mais le titre anglais est différent :« I Belonged to You ».

    

C’est écrit très vite, souvent sous forme de dialogues, et sans développements superflus. Le texte est fluide, adapté à une lecture éventuelle sur un écran de téléphone, mais avec des réflexions qui font mouche.

    

Une philosophie de l’existence

     

Ainsi, la sixième histoire de la première « nuit » est intitulée « Ecrit le jour de mes 32 ans » (写在三十二岁生日), et la cinquième et dernière histoire de la septième « nuit » qui conclut le recueil porte le titre « Ecrit le jour de mes 33 ans » (写在三十三岁生日).

    

Le livre est donc l’histoire d’un parcours personnel, comme Zhang Jiajia le dit à la fin de cette dernière histoire : derrière tous les récits qu’il a contés, tous les personnages qu’il a dépeints, c’est lui que l’on peut voir ; toutes les peines et larmes sont utiles pour progresser dans la vie, les larmes une fois versées permettent de mieux voir la vie devant soi.Quand il les a écrits, il traversait une période difficile : son divorce, en 2012, qui lui a fait prématurément blanchir les cheveux. Ces récits sont une manière de sortir de là.

    

因为我执意,因为我舍不得,因为看到太多绝望,所以反而看出了希望。

哪怕花开两朵,也总要天各一方,感谢三十二岁男人失去的世界,才有三十三岁男人看见的世界。

C’est parce que je continue, parce que je déteste abandonner, parce que j’ai trop vu le désespoir que, justement, j’ai aperçu l’espoir.

Une fleur fait peut-être deux boutons, mais ils ne s’épanouissent pas en même temps ; merci à l’homme de trente-deux ans qui a perdu un monde, ce n’est qu’ainsi qu’un homme de trente-trois ans peut en concevoir un autre.

     

Zhang Jiajia égrène ainsi des sentences de pensée optimiste, et c’est sans doute ce qui le rend si populaire, en particulier auprès des jeunes:

而这些问题,我们都会找到解决的办法,每个人都不同,所以不需要别人的教导。只需要时间,它像永不停歇的浪潮,在你不经意的一天,把你推上豁然开朗的海阔天空。

Tous ces problèmes, on finira toujours par leur trouver une solution ; chaque individu est différent, alors on n’a pas besoin de recevoir des leçons des autres. On n’a besoin que de temps, c’est comme une immense vague qui ne s’arrête jamais, un jour où l’on n’y prend pas garde s’ouvre soudain devant soi l’espace de l’infini.

    

Il a d’ailleurs publié un « agenda » qui porte le titre de l’une des « bedtime stories » du livre : « J’aimerais qu’il y ait quelqu’un dans ton genre » (我希望有个如你一般的人). L’agenda reprend des citations du livre, comme celles-ci-dessus, en laissant de la place pour les notes personnelles. C’est un autre bestseller.

    

Succès sans précédent

    

Selon la liste des auteurs les mieux payés de Chine, Zhang Jiajia est l’écrivain chinois qui a touché le plus de royalties en 2014 : 19,5 millions de yuans (soit environ 3,15 millions de dollars). C’est plus que Han Han et Guo Jingmiing qui n’arrivent qu’en 6ème et 7ème position, avec respectivement, 15 et 13 millions de yuans, et trois fois ce qu’a touché Mo Yan (6,5 millions) malgré son prix Nobel.

 

L’agenda

    

Le genre de livres qu’écrit Zhang Jiajia est idéal pour les adolescents, qui y voient une source de réconfort et de modèle. Ses livres ont été vendus à 4 millions d’exemplaires, et quatre autres millions auraient été vendus au noir.

    

Projets d’adaptations cinématographiques

    

C’est ce formidable succès d’édition qui a attiré l’attention des producteurs et investisseurs. En fait, le cinéma recherche des sujets adaptés à un public de jeunes : s’ils constituent la majorité des acheteurs de livres, ils sont aussi ceux qui représentent le gros du public des salles de cinéma.

    

Les droits d’adaptation de cinq récits ont été achetés, pour des projets en cours de réalisation ou préparation. L’un d’eux est l’adaptation d’un récit de la seconde « nuit » du livre des « bedtime stories », « J’aimerais qu’il y ait quelqu’un dans ton genre » (我希望有个如你一般的人), qui sera réalisée par le cinéaste taïwanais Chen Kuo-fu (陈国富).

    

Zhang Jiajia présentant son film The Ferryman

 

Mais le premier projet annoncé et le plus important est celui du groupe Alibaba Productions, dont c’est le premier depuis sa création, en 2012. Il s’agit du film « The Ferryman » (摆渡人), adapté de la cinquième histoire, très courte, de la quatrième « nuit ».

    

C’est Wong Kar-wai qui, au départ, devait réaliser le film, mais il ne fait finalement que le produire ; c’est Zhang Jiajia lui-même qui est chargé du scénario et de la réalisation. Le film aura cependant quand

même comme acteur principal le vieux complice de Wong Kar-wai, Tony Leung Chiu-wai.

   

    

    

A lire en complément

    

The Ferryman, ou Le Passeur 《摆渡人》

   


[2] Aujourd’hui les anciens bloggeurs satiriques "rééduqués" se tournent des problèmes de société vers les problèmes de style de vie :

http://www.afr.com/technology/social-media/how-china-stopped-its-bloggers-20150703-gi34za

[3] Voir les sept « nuits » : http://baike.baidu.com/subview/10995956/16273250.htm

Les textes des histoires : http://www.wenyifengxiang.com/wenku/cndqsjlg/

    

   

   

   

 

 

 

 

     

 

 

 

© chinese-shortstories.com. Tous droits réservés.