Auteurs de a à z

 
 
 
     

 

 

Hao Jingfang 郝景芳

Présentation

par Brigitte Duzan, 23 août 2016, actualisé 27 mai 2017

 

Auteur de science-fiction, Hao Jingfang est soudain devenue célèbre lorsque, le 18 août 2016, lui a été décerné le prix Hugo pour sa nouvelle « Folding Beijing » (北京折叠).

 

Née en 1984 à Tianjin, elle a commencé des études de physique de l’université de Tianjin. Après l’obtention de son diplôme, en 2006, elle a poursuivi ses études de physique à l’université Qinghua à Pékin, mais elle y a aussi préparé un doctorat d’économie et gestion, obtenu en 2012. Comme beaucoup d’auteurs de science-fiction, elle a donc un bagage scientifique, mais n’a pas fait d’études littéraires en parallèle.

 

Elle a commencé à écrire dès le début des années 2000, et, en 2002, a remporté le premier prix du concours New Concept Writing (新概念作文大赛).

 

Hao Jingfang

 

Errance entre Mars et la Terre

 

Entre 2011 et 2016, elle a publié trois romans, dont le premier définit les traits principaux de son univers romanesque. Il a un titre un peu ésotérique, qui renvoie à l’histoire qu’elle y raconte en jouant sur les caractères : « Errance entre Mars et la Terre » (《流浪玛厄斯》) – ou Ma - et - Esi représentent les transcriptions phonétiques des termes anglais (Mars/Earth). Cela évoque Jules Vernes et « De la Terre à la Lune », mais l’idée est différente : il s’agit d’une réflexion sur le choc de deux mondes.

 

L’humanité est divisée en deux mondes complètement différents et sans contacts : Mars et la Terre. L’un est régi par un système strictement totalitaire, aux règles strictes, l’autre est comme un jardin (à l’anglaise), merveilleusement divers et d’une grande profusion. Un groupe de jeunes nés sur Mars ont grandi sur la Terre où ils sont arrivés à 13 ans comme étudiants étrangers. Ils reviennent sur Mars cinq ans plus tard, à 18 ans et commencent à tout remettre en question…

 

C’est plus proche du roman d’anticipation que de science-fiction à proprement parler. C’est le cas aussi de la nouvelle qui lui a valu le prix Hugo. « Folding Beijing » (北京折叠). Elle y décrit un monde en stagnation économique où se développe la robotisation du travail, un monde divisé par les inégalités sociales au point d’être formé de sphères fonctionnant comme des ghettos, des « plis » de l’espace urbain définis en fonction du statut social, sans communication entre eux.

 

C’est le principal sujet de réflexion de Hao Jingfang aujourd’hui, et celui sur lequel elle travaille dans sa vie quotidienne. Car elle n’écrit qu’à ses moments de loisir. Elle travaille pour la Fondation de recherche sur le développement de la Chine, où elle est entrée après avoir obtenu son doctorat d’économie. C’est un organisme indépendant et sans but lucratif, qui a été fondé par le Centre de recherche sur le développement du Conseil d’Etat chinois. Certaines des recherches sont commissionnées par

 

Retour à Charon

 

Voyageurs stellaires

 (dessin de couverture de Hao Jingfang)

 

le gouvernement chinois, d’autres par des sociétés privées. Un des volets du travail de recherche concerne l’amélioration des conditions de vie des enfants dans les parties les plus reculées et les plus pauvres de la Chine.

 

Hao Jingfang est ainsi passée de la fable politique à une fable sociale prolongeant sa réflexion, et son travail, sur l’inégalité. Elle dit maintenant vouloir écrire une histoire de l’inégalité, vaste sujet qui la préoccupe depuis longtemps ; quand elle était étudiante de physique, déjà, elle a tenté de résoudre les courbes de distribution de revenus aux Etats-Unis en appliquant des formules de physique. Elle s’est demandé comment on pouvait expliquer l’origine de l’inégalité et si c’était un problème universel. Selon elle, l’histoire de la Chine impériale peut être analysée en termes de luttes contre les inégalités, avec réformes récurrentes visant à les atténuer, constamment remises en cause par la nature même des forces économiques.

 

En attendant, elle multiplie les publications, de recueils de nouvelles en particulier ; le prix qu’elle vient d’obtenir en a fait un auteur recherché par les éditeurs, dès sa nomination.

 

Des traductions devraient suivre … mais aussi des adaptations cinématographiques. La première devrait être une adaptation de « Folding Beijing », a-t-il été annoncé lors d’une conférence de presse à Hong Kong en mai 2017. Le film devrait être réalisé par le scénariste américano-coréen Josh Kim. Mais, comme il ne s’agit que d’une nouvelle, il va falloir ajouter des personnages et des détails supplémentaires à la ligne narrative. En outre, l’histoire ne se passera plus à Pékin, mais dans une ville imaginaire du futur de façon à élargir l’intérêt pour le public le plus vaste possible.

 

Hao Jingfang avait été contactée par d’autres producteurs, mais Josh Kim l’a approchée par l’intermédiaire de Ken Liu. Ils vont travailler ensemble sur le scénario.

 

Au plus profond de la solitude

 


 

Publications

 

Romans

Avril 2011  Errance entre Mars et la Terre 《流浪玛厄斯》
Août 2012  Retour à Charon 《回到卡戎》
Juin 2016  Errance sous le firmament 《流浪苍穹》

 

Recueils de nouvelles

Septembre 2011  Voyageurs stellaires 星旅人 nouvelles écrites entre 2005 et 2010

Juillet 2016  Partir au loin 《去远方》 nouvelles primées

              Au plus profond de la solitude 《孤独深处》 nouvelles écrites entre 2010 et 2016

 

Recueil d’essais sur la culture 文化散文

Avril 2012 L’Europe dans le temps 《时光里的欧洲》

 


 

Traductions en anglais

 

- The Last Brave Man最后一个勇敢的人, tr. Poppy Toland.

- Invisible Planets看不见的星球, tr. Ken Liu, Light Speed magazine n° 2, dec. 2013

A lire en ligne : http://www.lightspeedmagazine.com/fiction/invisible-planets/

- Folding Beijing北京折叠, tr. Ken Liu, Uncanny magazine, dec. 2015

A lire en ligne : http://uncannymagazine.com/article/folding-beijing-2/

La nouvelle fait partie d’une anthologie de science-fiction éditée et traduite par Ken Liu, sous le titre « Invisible Planets ».

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

 

 

© chinese-shortstories.com. Tous droits réservés.