Explications

 
 
 
                

 

Âmes hun et âmes po

 

 

 

Les Chinois distinguent deux types d’âmes qui animent l’être humain :

-   les trois âmes spirituelles ou célestes, dites âmes hun (),

-   et les sept âmes terrestres, dites âmes po ().

 

 

 

Âme céleste

Hun 

 

Esprit vital, conscience

Souffles célestes

Yang shen  阳神

(Position verticale ascendante)

Âme terrestre

Po

 

Corps

Souffles chtoniens

Yin shen 阴神

(Position horizontale)

 

 

 

Après la mort, les âmes hun montent au ciel, les âmes po se dispersent dans la terre

Expression : 魂⾶魄散 hun fei, po san  L’âme hun s’envole, le principe vital se disperse 

Terrifié, mort de peur.

 

Etymologie : caractère commun, racine gui (esprit de la terre, émanation souterraine opposée à shen)

                 Devenu esprit mauvais, démon.

 

hun  : gui + clé yun (nuage : phonétique et mouvement ascendant vers le ciel)

po : gui + clé bái/bo (blanc : phonétique et couleur des os, de l’arrivée du yin dans les saisons)

 

 

« Le démon plus le nuage forme le caractère hun. Le démon plus le blanc forme le caractère po. Le nuage, c’est le vent, et le vent c’est le bois. Le blanc, c’est le souffle et le souffle correspond au métal. Le vent, en se dispersant, donne le léger et le pur avec lequel le po monte, suivant ainsi le hun. Le souffle est le métal correspond au lourd et à l’impur. Avec le lourd et l’impur, le hun descend, suivant ainsi le po. C'est pourquoi le saint fait mouvoir le po avec le hun, tandis que l’homme ordinaire préserve le po avec le hun. Le hun réside le jour dans les yeux, la nuit dans le foie, et c’est ce qui permet de voir et de rêver. S’il y a beaucoup de rêves, c’est que le po maitrise le hun. Si l’esprit est plutôt lucide, le hun l’emporte sur le po. Or, c’est en raison du po qu’il y a l’essence (jing 精), en raison de l’essence qu’il y a le hun, en raison du hun qu’il y a l’âme (shen 神), en raison de l’âme qu’il y a la pensée créatrice (yi 意) et en raison de la pensée créatrice qu’il y a le po. Les deux se meuvent ainsi dans un cycle ininterrompu. »
 

 

 

Taoïsme et connaissance de soi : la carte de la culture et de la perfection,

Catherine Despeux

Guy Trédaniel éditeur, 2012.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

 

 

© chinese-shortstories.com. Tous droits réservés.