Auteurs de a à z

 
 
 
     

 

 

Jiang Yitan 蒋一谈

Présentation

par Brigitte Duzan, 15 février 2016, actualisé 31 mai 2016

 

Né en 1969, Jiang Yitan est poète, éditeur… et nouvelliste. Il est un phénomène rare dans le monde des lettres chinoises aujourd’hui : il n’écrit que des nouvelles, s’est fait le défenseur émérite du genre et a réussi à se faire un nom à ce titre.

 

Du roman à l’édition et à la nouvelle

 

Le roman par conformisme

 

Il est sorti en 1991 de l’Université normale de Pékin avec un diplôme de langue et littérature chinoises (北京师范大学中文系). Il a alors publié trois romans : « Le Club des femmes » (《女人俱乐部》), « La théière carrée » (《方壶》) et « L’amant de Pékin » (北京情人) qui se sont tous bien vendus, en particulier le dernier ; publié en 1994, il s’en est écoulé 700 000 exemplaires, mais Jiang Yitan en a touché… 15 000 yuans (soit environ 1 500 € à l’époque).

 

Jiang Yitan

 

L’édition par nécessité

 

Il a alors trouvé qu’il était plus intéressant d’éditer que d’écrire et il est devenu éditeur. Mais il est revenu à l’écriture en 2009 ; il avait atteint l’âge fatidique de quarante ans. Gardant sa double identité d’écrivain et d’éditeur, il n’a plus dès lors écrit que des nouvelles.

 

Il défend l’importance de la nouvelle, aujourd’hui, en citant Walter Benjamin : la littérature est passée de l’histoire contée au roman et de là à l’information ; pour Benjamin, le roman a tué la littérature narrative en coupant l’auteur de son public, en en faisant un être solitaire devant sa page blanche, à l’opposé du conteur [1]. En Chine, l’émergence du roman dans les années 1990 a également été liée à l’essor du marché de l’édition, évolution dont Jiang Yitan est lui-même symbolique.

 

La nouvelle par conviction

 

Par une sorte d’impulsion vitale, il en est donc revenu à une forme de narration renouant avec ses origines, l’art du conteur. Il veut voir dans le prix Nobel de littérature attribué à Alice Munro le signe prémonitoire d’une ère littéraire nouvelle. Ses récits nous content des histoires d’une infinie variété, des histoires de citadins un peu paumés, comme tout citadin dans la ville moderne : une épouse solitaire cherchant une rencontre éphémère après avoir lu une nouvelle de Claire Keegan [2], un brave père de famille qui cultive le souvenir de sa mère en continuant d’élever son bouc, un auteur de bandes dessinées qui vit à travers des identités imaginaires … peut-être pas très différent de Jiang Yitan lui-même. On est frappé par son imagination, servie par une belle langue.

 

Il illustre très bien la différence entre la nouvelle et le roman quand on lui demande ce qui est pour lui le plus important : la peinture de caractère ou l’intrigue. Celle-ci est secondaire, chez lui, ce qui mène ses récits, ce sont les rouages mentaux de ses personnages, leur monde intérieur et leur psychologie. Ses personnages en deviennent tellement vivants que le lecteur peut y retrouver ses propres errements et questionnements, et s’assimiler à eux, en faisanr l’histoire sienne. On suit l’idée dans son développement, mené par un auteur invisible comme un maître de marionnettes. C’est une manière d’appréhender le monde.

 

Ses nouvelles sont ancrées dans le réel ; il ne faut y chercher aucune trace de romantisme, naturalisme, modernisme, postmodernisme ou autre isme. En même temps, elles conservent une certaine distance avec le réel ; Jiang Yitan ne part pas vraiment de la vie, mais de la vie telle qu’on peut la conter. Il bâtit la relation entre le récit et le lecteur par la construction narrative, et la soutient par l’émotion.

 

Coup d’envoi symbolique : China Story

 

Il a terminé sa première nouvelle à la fin de 2009, et au tout début de 2010, et elle est représentative des nouvelles suivantes, par son thème et son style : c’est « China Story » (《中国故事》), l’histoire d’un père et de son fils, histoire très simple, très réaliste, mais aussi d’une grande émotion, à valeur emblématique, comme le suggère le titre.

 

Un monde infiniment varié

 

En quelques années et quelques recueils, Jiang Yitan s’est imposé comme le maître de la nouvelle du 21ème siècle, en déroulant une série de récits qui tiennent autant de l’imaginaire que du réel, ou plutôt où le réel est magnifié par l’imagination - c’est bien l’essence de la littérature. Le grand critique littéraire Li Jingze (李敬泽) a superbement dépeint l’univers de ses nouvelles en en soulignant la diversité derrière l’apparente triste banalité :

 

在这个世界上,失败者注定会被遗忘。 但是,在蒋一谈那里,失败者依然有故事可讲——悲伤、恐惧、奇迹、虚妄和希望,这些人从他们的失败中领会生之意义。 或许所有的人都是失败者,但并非所有人都知道这一点:并非所有人都知道,在失败者的寂静和荒废中,世界变得层层叠叠,气象万千。

En ce monde, ceux qui échouent sont voués l’oubli. Mais, chez Jiang Yitan, ils ont des choses à raconter – des histoires tristes, effrayantes, merveilleuses, frôlant l’absurde ou pleines d’espoir ; du fond de leur échec, ils peuvent donner un sens à la vie. Peut-être sommes-nous tous des ratés, mais tout le monde ne le sait pas ; tout le monde ne sait pas que, vu du fond de la solitude et de l’abandon où se trouvent les ratés, le monde est d’une infinie variété.

 

Cet univers s’est construit au long d’une dizaine de recueils, en plusieurs phases : une première phase de trois ans, marquée par une véritable explosion créatrice, puis une période de repli en 2013-2014, avec rééditions de beaucoup de textes antérieurs dont certains deviennent comme des motifs de fond, récurrents ; et troisième phase en 2015 avec des textes très courts.

 

Juillet 2009 : La statue de Clint Eastwood 《伊斯特伍德的雕像》

Neuf nouvelles et une préface.

Préface : le 3ème foyer 自序:第三个家庭

L’arbre mort peut parler 枯树会说话 / L’église 教堂 /Le bouc 公羊/ En méditation à l’entrée 坐禅入门/ Deux centimètres 两公分 / Le panda frappe à la porte 熊猫来敲门 / Sourire 微笑/Accord entre frères 兄弟约定 / La statue de Clint Eastwood 伊斯特伍德的雕像

 

Mai 2010 : La moustache de Lu Xun 《鲁迅的胡子》

Onze nouvelles et une postface :

China Story 中国故事/En descendant la rivière 随河漂流 / Fin d’été, début d’automne 夏末秋初 / Le drapeau national 国旗 / Bénédiction 保佑 / /Soupirs dans la nuit夜的叹息 / Une pluie fine mais émouvante…一场小而激动的雨…… / Court chapitre 短章 /La fête des morts 清明 / La moustache de Lu Xun 鲁迅的胡子

Postface : Les feux d’artifice sont des milliers d’étoiles tombées du ciel 烟花是坠落的星星(后记)

 

Mai 2011 : Hepburn, oh Hepburn 《赫本啊赫本》

Huit nouvelles et une postface, particulièrement orientées vers l’exploration de la psyché féminine moderne, mais pas seulement ; la nouvelle « Le festin du guerrier » (刀宴), par exemple, évoque l’univers du wuxia et ce qu’il en reste aujourd’hui, dans un monde où les « fines lames » sont une espèce rare, comme sont devenues rares les valeurs qui y étaient associées.

 

Sept versions de toi 七个你 / Messieurs Marc Riboud et Wu Guanzhong 马克·吕布或吴冠中先生 /Lacarpe chinoise 中国鲤 / Persuasion 说服 / Le festin du guerrier 刀宴 /Le voyage du poisson rouge 金鱼的旅行 / La poupée Barbie 芭比娃娃 /Hepburn, oh Hepburn 赫本啊赫本

Postface : Goutte à goutte 点点滴滴(后记)

 

La statue de Clint Eastwood

 

La moustache de Lu Xun

 

Hepburn, ah Hepburn

 

Le festin du guerrier

  

Mai 2012 : Logement temporaire 《栖》

Neuf nouvelles et une postface regroupées sous le titre de la dernière, où c’est une femme, habitant la ville, qui occupe la place et le rôle du personnage principal. On a dit de la nouvelle qu’elle était représentative de « l’esprit de la femme urbaine dans la Chine du 21ème siècle » [3]. Elle est aussi représentative du style et de la thématique de l’auteur.

 

Discussion une nuit à l’auberge 茶馆夜谈 / Un autre monde 另一个世界 /Le boulevard 林荫大道 / Jour d’été 夏天 / L’amour du dresseur de chiens 驯狗师的爱情 /La chaleur de l’Antarctique 温暖的南极 / Fin d’été, début d’automne 夏末秋初 / Séance de soins 疗伤课 / Logement temporaire 《栖》

Postface : Rencontre 遇见(后记)

 

Décembre 2012 : China Story 《中国故事》

Une sélection de dix nouvelles des recueils précédents,

 

Logement temporaire

comme une récapitulation des trois années passées avant de poursuivre avec de nouveau textes.

 

Mai 2014 : Transparent 《透明》

Huit nouvelles et une postface.

 

Evènements 发生 /Au pays 故乡 / Deux sources sans le reflet de la lune 二泉不映月 [4]/Au pas de course 跑步 /Un authentique combat 地道战 /Au restaurant 在酒楼上 / Pourquoi le ciel est-il si noir la nuit ? 夜空为什么那么黑 / Transparent 透明

Postface : Méditation sur la rive 岸边随想(后记)

 

Parmi ces nouvelles, « Au restaurant » (在酒楼上) a fait partie de la sélection des meilleures nouvelles de l’année 2014 (2014年中国短篇小说精选). C’est un texte d’un réalisme sans compromis : il décrit un jeune garçon qui suit comme par automatisme une carrière d’intellectuel, et ne semble pas plus inspiré dans sa vie affective. Une lettre d’une tante vient bousculer ce quotidien sans histoire : elle est atteinte d’un cancer et lui demande de venir s’occuper de son fils handicapé qu’elle a élevé seule ; elle possède un restaurant qui marche bien et se propose de lui léguer tous ses biens s’il accepte la charge de son cousin handicapé.

 

Transparent

 

La nouvelle dépeint l’évolution psychologique du jeune garçon confronté au malade, ses réactions de plus en plus brutales, et l’assistance inespérée que lui apporte la petite amie qu’il avait laissée à Pékin, l’épreuve finissant par les rapprocher. Mais la fin reste ouverte, l’avenir sombre et incertain, sans la conclusion heureuse qu’appellerait un mélodrame traditionnel [5].

 

Septembre 2014 : Deux recueils dont les nouvelles sont pour la plupart reprises de recueils précédents.

1. L’été 《夏天》

Neuf nouvelles qui se passent en été, mais ne sont pas plus riantes pour autant.

2. La chaleur de l’Antarctique 《温暖的南极》

Neuf nouvelles qui se passent en hiver.

 

Ce ne sont pas des récits inédits, mais des nouvelles de longueur et de tonalités différentesqu’il est intéressant d’avoir publiées ensemble car elles rendent l’atmosphère de la vie en Chine aujourd’hui : sentiment de vide, de stress, d’absurdité et de solitude… et pourtant, malgré tout, il s’en dégage chaleur et détermination.

 

Juin 2015 : L’Ermite du mont Lushan 《庐山隐士》

Recueil de récits très brefs (超短篇小说) qui marquent de nouvelles recherches et tendances dans l’écriture : simplicité, tonalité étrange et poétique, souvenirs historiques etlégendes, mais toujours dans le même styleréaliste….

 

Jiang Yitan s’est renouvelé constamment depuis 2009, et ce nouveau recueil semble marquer une phase nouvelle dans son œuvre, hors des sentiers battus.

 

La chaleur de l’Antarctique

 

L’ermite du mont Lushan

 

 

Traductions en anglais

 

China Story 中国故事, tr. Eric Abrahamsen, Pathlight 1, 2011.

The Boulevard 林荫大道, tr. Chen Tingting, Chinese Literature and Culture Volume 1, August 2014, ed. Chu Dongwei/Timothy Huson, Int Lingo Inc., Westbury New York, Guangzhou.
Table des matières et introductions des éditeurs :
https://www.amazon.com/Chinese-Literature-Culture-August-2014-ebook/dp/B00PDEJWLG
 


 

A écouter

 

La nouvelle “Le festin du guerrier” 《刀宴》

 

 

 


 

A lire en complément

 

L’Ermite du mont Lushan 《庐山隐士》 - extraits

 


 

[1] Dans : Illuminations : Essays and Reflections, janvier 1969, édité et préfacé par Annah Arendt.

[2] Romancière irlandaise, auteur de nouvelles.

[3] “21世纪中国城市女性精神栖息之书 : littéralement ‘l’esprit de la femme qui s’est posée un moment dans la ville -栖息 qīxī c’est-à-dire se percher, pour un oiseau, se poser un instant pour se reposer – le terme impliquant une situation provisoire, incertaine et fragile. C’est ce même que reprend le titre du recueil, avec la même connotation d’hébergement précaire.

[4] Référence à un très célèbre morceau de musique pour erhu et orchestre : Réflexion de la lune dans deux sources (《二泉映月》), du compositeur aveugle Hua Yuanjun (华彦军).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

 

 

© chinese-shortstories.com. Tous droits réservés.